Le puits canadien (ou puits provençal) permet de renouveler l’air dans les bâtiments tout en profitant des températures naturellement tempérées du sous-sol .

En effet, à une profondeur de deux mètres, la terre a une température pratiquement constante, aux environs de 15°C en moyenne.

Technologie simple et peu onéreuse, le puits canadien est aussi très économe en énergie : si il est équipé d’une ventilation, il consommera 10 fois moins d’énergie qu’une climatisation en été.

Principe de fonctionnement du puits canadien

Puit canadien

Puits canadien - crédit : Ecosources

Le puits Canadien consiste à faire passer l’air de renouvellement (avant qu’il ne pénètre dans le bâtiment) par des tuyaux enterrés dans le sol à une profondeur d’au moins un mètre cinquante.

En hiver : le sol à cette profondeur est plus chaud que la température extérieure. L’air froid est alors préchauffé lors de son passage dans ce circuit sous terrain.

En été : le sol est naturellement plus frais que l’air extérieur. Celui-ci, lors de son passage dans le puits Canadien va se refroidir et ainsi rafraîchir le bâtiment.

Les performances d’un puits canadien dépendent du terrain, de la profondeur d’enfouissement, de la surface d’échange, de la vitesse de circulation de l’air et des caractéristiques des parois des canalisations.

Avantages :
Coût de fonctionnement 6 à 10 fois moins cher qu’une climatisation électrique
Faible consommation électrique
L’hygrométrie de l’air n’est pas modifiée, cela évite de nombreux problèmes d’irritation lors de la respiration. Renouvellement permanent de l’air
Système silencieux
Inconvénients :
Nécessite des espaces verts à proximité pour être installé
Limité à des températures inférieures de 6°C aux températures extérieures

Exemple d'installations de puits canadiens

Partager l'article :