Centrale Mini-OTEC
Centrale océanothermique Mini-OTEC (Hawaii) - crédit : Otecnews

Une centrale OTEC est une machine thermique alimentée par les différences de températures entre l’eau de mer chaude (en surface) et froide (pompée en profondeur).
Elle peut produire de l’électricité, de l’eau douce et de l’eau de mer de qualité pour l’aquaculture. La technologie employée est simple : canalisations, échangeurs thermiques, pompes et turbines.

Le concept a été imaginé par le physicien et inventeur français Jacques Arsène d'Arsonval en 1881.

Le terme OTEC est tiré de l'anglais "Ocean thermal energy conversion", en Français, le terme ETM "Énergie Thermique des Mers" est couramment utilisé.

Principe de fonctionnement d'une centrale OTEC

Une centrale Océanothermique est constituée de deux éléments principaux :

  • Un système de production d'énergie
    Un fluide de travail passe de l’état liquide à l’état gazeux dans un évaporateur en contact avec l’eau de mer chaude (pompée en surface).
    Il passe ensuite dans la turbine d'un turbogénérateur qui produit l’électricité. Enfin, il est refroidi dans un condenseur en contact avec l’eau de mer froide (pompée en profondeur).
  • Un système d’alimentation en eau
    Pour alimenter une centrale OTEC, des débits d’eau de mer importants sont nécessaires.
    Il faut des canalisations suffisamment larges pour limiter les pertes de charges et suffisamment longues pour atteindre jusqu'à 1000 mètres de profondeur.
    Une différence de 20°C suffit pour le fonctionnement de l’OTEC.
Avantages :
Peu de frais de fonctionnement
Eau de mer abondante et gratuite
Fonctionnement sans intermittence (différence de température stable)
Peu entraîner de nombreuses synergies
Pas de confinement ou de stockage de l’eau
Inconvénients :
investissement initial conséquent
Faible rendement thermique

Pour en savoir plus : Site de l’ingénieur David Levrat rapporteur d’une étude sur les centrales OTEC.

Projets et prototypes de centrales OTEC

NEMO : Le projet de centrale ETM en Martinique (France)

Le projet industriel NEMO «New Energy for Martinique and Overseas», développé par DCNS et Akuo Energy, prévoit de construire une centrale pilote à énergie thermique des Mers (ETM) en Martinique.

NEMO, la centrale ETM développé par DCNS et Akuo Energy en Martinique

La centrale Offshore utilisera la différence de température entre les profondeurs et la surface des océans pour produire de l'énergie - Crédit : DCNS

Cette future centrale de 16MW, financée à 50% par des fonds européens devrait alimenter 35000 foyers Martiniquais en électricité.

Le projet d'ETM NEMO en image :

Prototype de centrale ETM à terre à La Réunion (France)

Prototype de centrale ETM au sol en service à La RéunionConstruit par DCNS dans son centre de Nantes-Indret, le prototype ETM à terre a été transféré et mis en service en 2012 à l'île de La Réunion, sur le site de l'université de Saint-Pierre.

Le groupe développe parallèlement des solutions clefs en main de centrales ETM à terre et en mer.

 

Usine océanothermique Indo-Japonaise " Sagar Shakti " (Inde)

Usine océanothermique

La centrale OTEC de Sagar Shakthi projet conjoint entre
l’Université de Saga (Japon) NIOT et de l’Inde. - crédit : Eurocean

En 2000, le National Institute of Ocean Technology (Inde) en collaboration avec l’Université de La Saga (Japon) ont réalisés une centrale océanothermique d’une puissance de 1MW sur une barge.

La conduite de 1 mètre de diamètre permettant l’échange de température avec les profondeurs sert d'amarrage à la barge.

Suite à des incidents techniques en janvier 2006, certains composants furent endommagés, la barge est depuis amarrée au port de Tuticorin.

Très active dans la recherche sur les technologies océanothermique, L’université de Saga (Japon) est aussi à l’initiative de nombreuses collaborations internationales.

Partager l'article :