Contrairement à la plupart des autres convertisseurs à énergie des vagues en cours de développement dans le monde, le CETO (du Grec Kêtốs qui designe un "gros poisson") est entièrement submergé et permet d’acheminer de l’eau de mer sous haute pression à terre.

La société australienne CETO Wave Energy Technology qui développe actuellement cette technologie mise son immense potentiel car 60% de l’humanité est installée à moins de 60 km des côtes.

Principe de fonctionnement de la technologie CETO

Le système est composé d’un ensemble de pompes reliées à une unité terrestre par des canalisations.
Sous l’effet des vagues, le mouvement des bouées entraîne le va et vient des pompes hydrauliques.
Ces dernières pompent de l’eau de mer et l’acheminent à forte pression sur terre.
Cette eau de mer sous pression peut alors être utilisée pour produire de l’électricité en faisant tourner une turbine ou de l’eau douce via un procédé de dessalement par osmose inverse.

credit schema animé : CETO

 

Avantages :
Les vagues sont prévisibles à l’avance et leur énergie est renouvelable
Pas d’émissions de polluant
Le système ne nécessite pas de fondations
Le mouvement des pompes est "doux", en harmonie avec les vagues et ne présente pas de danger pour les animaux marins. Les unités forment des récifs attirant la vie marine.
Inconvénients :
Difficulté d’accès due au fait que l’installation est sous-marine. Néanmoins le faible mouvement de pièces mécaniques limite les risques.

Projets et Réalisations industrielles

50% des besoins en électricité de l’île Maurice pourraient être assurés grâce à l’énergie des vagues

C’est la société australienne CETO Wave Energy Technology, du groupe Carnegie, qui développe actuellement cette technologie. EDF en a racheté les droits pour l’expérimenter (2008).

L’Ile Maurice s’avère être le lieu idéal pour tester l’efficacité du dispositif : les vagues y sont d’une hauteur suffisante tout au long de l’année. L’immersion des bouées leur garantit une résistance aux cyclones, sans gêner la navigation et le tourisme.

Les bouées auront un diamètre de sept mètres et seront submergées à trois mètres sous la surface de la mer.

Avec un kilomètre de vagues en longueur, Maurice pourrait produire 25 mégawatts. EDF prévoit de réaliser des projets sur cinq sites qui produiront chacun 40 mégawatts, soit un total de 200 mégawatts, ce qui correspond à 50% de la consommation électrique de l’île.

La technologie CETO est annoncée à un coût équivalent à celui de l’éolien.

Sources : Temoignages.re

Partager l'article :