Deuxième pays le plus pollueur au monde, la Chine est également en tête de classement en matière d’énergie solaire, puisqu’elle a doublé sa capacité de production en installant 34,54 gigawatts en 2016. Elle a également ratifié l’accord de Paris sur le climat en septembre 2016 – traité que les Etats-Unis viennent de quitter. La Chine a ainsi inauguré fin mai ce qui est à l’heure actuelle le plus grand parc photovoltaïque flottant du monde.

 

Une centrale solaire flottante de 40 MW en Chine

Cette gigantesque centrale solaire flottante totalisant 40 MWc de panneaux a été installée à proximité de la ville d’Huainan, dans la province d’Anhui. Conçus par l’entreprise Sungrow Power Supply, ces panneaux sont destinés à alimenter le réseau électrique local. La centrale fait plus de 800 000 m², et peut produire jusqu'à 40 mégawatts. Elle pourrait alimenter 16 000 maisons chinoises en électricité – notons que la ville voisine de Huainan a une population de 2 millions d'habitants.

Ce parc photovoltaïque flottant a pour avantages de ne pas encombrer les zones peuplées et de fournir un meilleur rendement. En effet, ce type d’installations réduit l’évaporation, et profite de l’air plus frais à la surface de l’eau pour éviter un phénomène de surchauffe de l’équipement électrique nuisant aux performances des cellules solaires.

L’objectif pour la Chine est d’atteindre 20% d’énergies renouvelables sur l’ensemble de son mix énergétique en 2020, signe d’une volonté de transition énergétique. Le pays possède déjà une installation flottante similaire de 20 MW, ainsi que le parc solaire du barrage de Longyangxia, et compte encore de nombreux projets de nouveaux parcs photovoltaïques à venir. L’installation et l’exploitation de ces technologies peuvent aujourd’hui se faire rapidement et à bas coût. L’objectif chinois est de mettre officiellement en concurrence le charbon et l’énergie solaire, en réduisant d’ici 2020 les coûts de fabrication de ces stations de 38% pour être compétitif et surtout pour réduire les centrales à charbon (d’après Bloomberg).

Aperçu de la centrale

 

 

L’année dernière la Chine avait déjà installé une station similaire, mais elle était deux fois moins puissante (20 MW). Jusque-là, la plus grande centrale solaire photovoltaïque flottante se trouvait au Japon, installée par l'entreprise française Ciel et Terre sur un réservoir d'eau servant aux rizières, pour une production de seulement 7,5 mégawatts.

Ailleurs dans le monde

En France, Ciel et Terre propose l’installation de centrales photovoltaïques flottantes, mais a pour client… le Japon, le Royaume-Uni, la Malaisie et bientôt la Chine.

Des panneaux photovoltaïques flottants au Japon

 

Pour l’instant les projets de centrales photovoltaïques flottantes en France sont concurrencées par des projets de centrales au sol dont la technologie est bien connue et encore un peu plus compétitive - 70 euros le MW contre 80 euros pour une centrale flottante. L’un des objectifs de Ciel et Terre est de produire plus et moins cher sur l’eau qu’au sol, objectif clé de son secteur R&D.

Des panneaux solaires flottants au milieu des vignes aux Etats-Unis

Dans les vignobles de la Napa Valley californienne, pour pallier à la difficulté de trouver des terrains pour installer des panneaux solaires, la solution a été de faire flotter les panneaux sur les canaux d'irrigation. A voir si cette solution peut s’appliquer aux vignobles français.

La conception et la multiplication de ces stations solaires répond à un défi écologique de ce siècle : en étant construites sur l’eau elles libèrent des terres. En raison de la montée des eaux à venir, la terre sera une denrée de plus en plus convoitée.  Avec une année 2016 considérée comme la plus chaude enregistrée par la NOAA (agence américaine océanique et atmosphérique), cette alternative aux centrales photovoltaïques au sol semble être une solution pour lutter contre le réchauffement climatique.

 

Partager l'article :