Un nouveau crédit d’impôt est entré en vigueur le 1er septembre 2014.

La loi de finance 2014 avait jusqu'ici fixé l'avantage fiscal à 25%, sous conditions de ressources et dans le cadre d'un « bouquet » de travaux (au moins deux opérations de rénovation).

Crédit d'impot sans bouquet de travaux

Plus besoin de réaliser un « bouquet » de travaux

La décision gouvernementale prise début septembre rend ce crédit d’impôt développement durable encore plus incitatif : Il est porté à 30% et ce dès la première intervention réalisée pour faire des économies d'énergies (remplacement d'ouvrants, installation d'un mode de chauffage à bois, changement d'une chaudière, isolation de combles, etc...)

Cet avantage fiscal s'adresse aux propriétaires mais aussi aux locataires, sans aucune condition de ressources.

Une aide également accessible aux foyers pas ou peu imposables

Ainsi, si vous engagez des travaux de rénovation énergétique dans votre résidence principale à compter du 1er septembre 2014, vous bénéficierez soit d'une réduction de votre impôt sur revenu, ou d'un chèque du trésor Public si vous n’êtes pas ou peu imposable.

Le montant des dépenses est plafonné et ne concerne que le matériel, excluant la main d’œuvre. Ce plafond s'élève à 8000 euros pour une personne seule, le double pour un couple. Les travaux doivent être réalisés par des entreprises labellisées « RGE », Reconnues Garant de l'Environnement. On en compte environ 18000 sur le territoire français.