Au 1er janvier 2015, un péage de transit remplacera l'écotaxe poids lourd.

Ce nouveau dispositif est recentré sur 4000 km de routes (au lieu des 15000 km initialement prévues pour l'écotaxe) où le trafic est supérieur à 2500 poids lourds par jour.
Le péage de transit concerne les véhicules de plus 3,5 tonnes et exclut les véhicules agricoles.

Par rapport au projet initial qui devait rapporter 1,15 milliard d'euros, l'état prévoit 550 millions d'euros de recettes par an. 

La Bretagne écartée du dispositif, l'Alsace grande perdante.

Suite à la fronde des bonnets rouges à l'automne dernier, la Bretagne ne fera partie qu'«à la marge» de ce nouveau dispositif.

En Alsace, où la taxe poids lourds est réclamée depuis huit ans, on craint que le "péage de transit" ne soit pas suffisant pour stopper l'afflux de poids lourds cherchant à contourner l'Allemagne et la Suisse.

Une écotaxe régionale à l'horizon ?

Les intérêts divergents entre l'Est et l'Ouest pousseront peut être à une régionalisation de l'écotaxe.

Pour les futures «super régions» qui auront bientôt à leur charge les infrastructures de transport, cette taxe poids lourd deviendra peut être une taxe locale, adaptée à chaque territoire, lui permettant de moderniser ses infrastructures de transport.

L'état pourrait rentrer au capital d'Ecomouv'

Dans le projet initiale de l'écotaxe, les frais de gestion facturés par la société Ecomouv' représentaient plus de 20% des recettes.

Ces frais de gestion record couvrent la pose et l'entretien des portiques, la collecte de la taxe, le système informatique, les équipements de contrôle, etc... A titre de comparaison, ils représentent 13% pour l'écotaxe Allemande.

Ce faible rendement ayant déclenché un tollé dans l'opinion, l’État, engagé par contrat auprès d'Ecomouv', a décidé d'entrer au capital de la société pour renforcer le contrôle de la taxe.

La taxe poids lourds ailleurs en Europe

Sous différentes formes, la taxe poids lourd existe en Suisse, en Autriche, en Allemagne, en République tchèque et en Slovaquie.
Le système mis en place en France est compatible avec celui de nos voisins. Le même boitier sera utilisé par les transporteurs dans les différents pays.

En Allemagne, la taxe poids lourd a rapporté à l'état fédéral plus de 30 milliards d'euros depuis sa mise en place en 2005.
En 2012 par exemple, elle a généré 4,5 milliards d'euros de recettes (soit 3,9 milliards d'euros net pour l'état déduction faite des 13% de frais de gestion).
Ces recettes sont utilisées pour financer les infrastructures routières, ferroviaires et fluviales.

Partager l'article :