Le parc nucléaire vieillissant, la future loi sur la transition énergétique devra trancher pour résoudre la délicate équation du mix énergétique Français : faut t'il développer d'avantage les énergies renouvelables ? construire de nouvelles centrales nucléaires ? aller plus loin dans les économies d'énergies ?

A l'approche de la présentation du projet de loi sur la transition énergétique prévue pour le 18 juin, ce débat complexe reste ouvert...

Transition énergétique : évolution du mix énergétique Français entre 2012 et 2020

Répartition de la consommation d’énergie primaire en France métropolitaine en 2012 (259,4 Mtep) - Représentation de l'objectif de 20% d'énergies renouvelables en 2020.
Sources : SOES, les chiffres clés de l'énergie - édition 2013  Infographie : Ecosources

Les principaux enjeux de la transition énergétique :

  • Réduire notre dépendance aux énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon)
  • Réduire nos émissions de CO2 pour limiter la hausse de température globale à 2°C.

Pour parvenir à ces objectifs, un consensus se dégage sur le fait qu'il faille :

  • Réaliser des économies d'énergies : isolation des bâtiments, appareils basse consommation, Smartgrid...
  • Développer des transports non carbonés : ferroutage, voiture électrique ou hydrogène...

Or ce dernier point va entraîner un hausse importante de nos besoins en électricité (le pétrole représentant environ 1/3 de nos apports énergétiques).

Le débat se cristallise donc autour de la question du nucléaire qui n'émet pas de CO2 et fournit la majorité de l'électricité du pays.

Quelle place pour le nucléaire à l'heure de la transition énergétique ?

Pour ou contre, voici les principaux éléments du débat :

Avantages du nucléaire :

  • Fleuron national, l'industrie nucléaire exporte et emploie directement 125 000 personnes en France.
    (Chiffre 2011, étude complète : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/annexe_9.pdf)
  • Pas d'émissions de CO2.
  • Même si l'uranium est importé, le nucléaire permet aujourd'hui d'obtenir une indépendance énergétique plus importante que le gaz ou le pétrole.

Inconvénients :

  • Déchets : L'énergie nucléaire que nous consommons aujourd'hui génère des déchets dont la radioactivité restera notable plusieurs centaines de milliers d'années. 
  • Accident : Le risque zéro n'existe pas. Ce débat a été tranché lors de la catastrophe de Fukushima. Un accident nucléaire sur le territoire Français densément peuplé aurait des conséquences désastreuses pour la santé des habitants et l'économie (tourisme, agriculture, attractivité...)
  • Coût du démantèlement : le parc nucléaire vieillit et la France a peu d’expérience dans le démantèlement de centrale nucléaire. Un flou persiste sur le coût réel de ces opérations à venir.
    Voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Démantèlement_nucléaire

Les énergies renouvelables, pourquoi les développer ?

Effet d'aubaine, inefficacité... les énergies renouvelables souffrent d'une mauvaise image chez une partie de la population, elles disposent cependant d'atouts qui pourraient faire consensus :

Avantages des énergies renouvelables :

  • L'industrie des énergies renouvelables emploie directement 52 000 personnes en France.
    (Chiffre 2011, étude complète : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/annexe_9.pdf)
  • Approvisionnement sécurisé : gisement inépuisable et local.
  • Leur exploitation génère des emplois locaux (contrairement aux pétrole et au gaz qui pèsent sur le déficit commercial)
  • Pas de pollution
  • Pas de risques majeurs

Inconvénients :

  • Nécessite des investissements en période de restriction budgétaire.
  • Le solaire et l'éolien sont intermittents, le réseau électrique actuel doit être adapté pour gérer les creux et les pics de production.

 

Le mix énergétique de demain : moins de pétrole, autant de nucléaire, plus de renouvelables ?

Lors de sa campagne, l'actuel président souhaitait abaisser de 75% à 50% la part du nucléaire dans la mix électrique Français.

Une solution ambitieuse serait d'opérer un transfert de l'énergie issue du pétrole vers les renouvelables : la part du nucléaire serait mécaniquement réduite dans le mix électrique...

Quid du coût ?

Voir l'article Coûts moyens de production de l'électricité en 2014 qui détail les coûts de production de l'électricité d'origine éolienne, solaire, nucléaire, thermique...

Incertitude sur le calendrier

Alors que Matignon annonçait vendredi dernier un report de la Loi sur la transition énergétique en 2015, la ministre de l'écologie Ségolène Royal réaffirme que le texte sera bien présenté au parlement courant 2014.

Partager l'article :