Le changement d’heure a été instauré en 1976, deux ans après le premier choc pétrolier.

Ce système n’est pas une exception française, les pays européens l’ont en effet adopté dans leur grande majorité et il a été décidé d’harmoniser les dates de changement d’heure en 1998 par directive du Parlement et du Conseil Européen.

Le système de double horaire été-hiver est censé permettre des économies d’énergie. Le principe : faire correspondre les horaires d’activité avec les horaires d’ensoleillement, afin de limiter l’utilisation de la lumière électrique.

Un système contesté

Cette approche est cependant rejetée par ses détracteurs et mise en doute par la Commission Européenne qui parle d’économies relativement limitées. D’après cette dernière, le maintien de l’heure d’été en Europe devrait être essentiellement motivé par le confort des loisirs en soirées estivales.

Le changement d’heure permet cependant d’effectuer des économies d’énergies non-négligeables

changement heure, économie énergie

Le changement d’heure permettrait de réaliser 4 %
d’économie sur la consommation d’éclairage totale.

En France, une étude réalisée conjointement par le ministère de l’Industrie, EDF et l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) estimait qu’en 1996 l’économie d’électricité (poste d’éclairage) était d’environ 1,3 TWh (soit environ 293 000 tep en équivalence énergie primaire).

Toujours d’après l’ADEME, le poste de la consommation électrique en éclairage a faiblement évolué ces dernières années et l’énergie économisée en 2003 serait toujours de 1,3 Twh, soit 0,28 % de la consommation intérieure d’électricité et 4 % de la consommation d’éclairage totale.

La consommation de carburant lors des soirées estivales rétablit la balance

Ces études n’incluent pas la consommation accrue de carburant des véhicules lors des soirées estivales. En incluant l’ensemble des coûts énergétiques, la Commission Européenne considère « que les économies effectivement réalisées sont difficiles à déterminer, et, en tout cas, relativement limitées ».

Partager l'article :